Navigation dans le siteLien vers les pages de liens utilesLien vers les pages pour comprendre le vieillissementLien vers les pages d'actualitéLien vers les pages pour bien vieillirLien vers les pages de l'aide sociale, juridique et financiereLien vers les pages de présentation de l'IRIPS
pixel vide
fleche
pixel vide accueil >> Comprendre le vieillissement >> La dépendance >> La grille AGGIR
pixel vide
La grille AGGIR

La grille AGGIR (Autonomie gérontologique – groupe iso-ressources) a pour but de mesurer l’autonomie de la personne âgée à travers l’observation par une équipe médico-sociale des activités qu’effectue seule la personne. Elle a été élaborée en 1997 par des médecins de la Sécurité sociale et de la Société française de gérontologie, ainsi que des informaticiens.

Les critères de classement

L’examen porte sur 10 variables discriminantes :

• cohérence : converser et/ou se comporter de manière sensée ;
• orientation : se repérer dans le temps, les moments de la journée, les lieux et leurs contenus ;
• toilette :se laver seul ;
• habillage : s’habiller, se déshabiller, la présentation ;
• alimentation : se servir, manger les aliments préparés ;
• hygiène de l’élimination urinaire et fécale ;
• transferts : se lever, se coucher, s’asseoir ;
• déplacements à l’intérieur du logement : mobilité spontanée, y compris avec un appareillage ;
• déplacements à l’extérieur : à partir de la porte d’entrée (jardin privatif exclu), sans les moyens de transport ;
• communication à distance : téléphone, alarme, sonnette.

Chaque critère est « noté » :
A = actes accomplis seul, spontanément, totalement et correctement ;
B = actes partiellement effectués ;
C = actes non réalisés.

Sept critères supplémentaires dits « illustratifs » ne sont pas utilisés pour le classement en groupes GIR : gestion (budget, patrimoine, tâches administratives), cuisine (préparation des repas), ménage, transports, achats, suivi du traitement médical, activités de temps libre.

Les groupes GIR

A l’issue de cet examen, on attribue à chaque personne un groupe iso-ressources (GIR). Il en existe six, regroupant des personnes qui peuvent avoir des profils d’incapacité différents, mais qui ont besoin de la même quantité d’heures de soin :

GIR 1 : personnes confinées au lit ou au fauteuil sans aucune autonomie et dont les fonctions mentales sont gravement altérées, nécessitant la présence continue d’intervenants ; ce groupe comprend les personnes en fin de vie ;
GIR 2 : personnes confinées au lit ou au fauteuil dont les fonctions mentales ne sont pas totalement altérées (prise en charge pour la plupart des activités) et personnes avec capacités motrices mais dont les fonctions mentales sont altérées (prise en charge de la toilette et de l’habillage) ;
GIR 3 : personnes ayant conservé leur autonomie mentale et partiellement leur autonomie motrice, nécessitant une prise en charge de leur autonomie corporelle ;
GIR 4 : personnes n’assurant pas leurs transferts mais les déplacements intérieurs et généralement l’alimentation, ou personnes assurant leurs transferts et déplacements intérieurs mais aidées pour la toilette, l’habillage, les repas ;
GIR 5 : personnes assurant les déplacements intérieurs, l’alimentation et l’habillage mais aidées ponctuellement pour la toilette, la préparation des repas, le ménage ;
GIR 6 : personnes autonomes pour les actes discriminants de la vie quotidienne.

Cette grille est utilisée par les Conseils généraux (départements) pour l’attribution de l’Aide personnalisée à l’autonomie (APA) : les personnes classées en GIR 1 à 4 sont éligibles à cette aide. Les personnes en GIR 5 et 6 peuvent bénéficier des prestations d’aide ménagère des caisses de retraite ou de l’aide sociale départementale. La grille est également utilisée par les institutions et certains assureurs dans le cadre de l’assurance dépendance.
pixel vide
pixel vide

Le classement dans un groupe GIR est réalisé par un traitement informatique (algorithme) sur les résultats des variables discriminantes. Il a été relevé que les deux dernières variables ne sont pas utilisées par l’algorithme.
Un certain nombre de critiques ont été émises à propos de cet outil : effet de « basculement » d’un groupe à l’autre (parfois très éloignés) en fonction de différences mineures de résultat sur certaines variables ; à l'inverse, maintien dans le même groupe malgré une aggravation sensible de la dépendance dans différents domaines.
Il peut en résulter des effets importants sur les aides financières basées sur cette grille.